Bergame: le peintre Lorenzo Lotto dans la ville basse

Aller Retour
Category: thématiques
  • Tarsie nella Basilica di Santa Maria Maggiore
  • Pala con Madonna e Santi nella chiesa di S. Bernardino
  • Pala nella chiesa di S. Spirito
  • Pala (part.) nella chiesa dei Santi Stefano e Bartolomeo

0

 goûts
Partager cette galerie:

L’itinéraire dédié au Maître vénitien, à Bergame de 1513 (environ) à 1525, commence par la Basilique de Sainte Marie Majeure dans la Ville Haute où l’on peut admirer les marqueteries placées sur l’iconostase et ( à la demande) à l’intérieur du chœur, réalisées en l’espace de trente ans ( 1522-1555) par le marqueteur bergamasque Giovanni Francesco Capoferri. Ce dernier a utilisé plus de 100 espèces différentes de bois , choisies selon la couleur, les veines et la réaction à la lumière: 76 sujets racontent histoires de l’Ancien et du Nouveau Testament. Une fois quitté le centre historique, on arrive rue de la Porte Peinte où, dans l’Église de Saint Michel au Puits Blanc, d’origine lombarde, à coté du presbytère, se trouvent les fresques aux histoires dédiées à la Vierge ( 1525 ). On continue vers le Bourg Pignolo, pour arriver aux Églises de Saint Bernardin et du Saint Esprit : dans la première est conservée l’œuvre la meilleure du peintre vénitien, un retable avec la Vierge et les Saints daté de 1521, tandis que dans la deuxième, on admire un retable du même sujet et contemporain au précédent, mais aux couleurs plus douces, délicates et élégantes. Enfin, dans le Cœur de la Ville Basse, à l’intérieur de l’église de Saint Bartholomé, on admire sur l’autel un retable représentant la Vierge et Saints datant de 1516, tandis que dans la deuxième sacristie de l’église de Saint Alexandre en Colonne une Déposition dans le sépulcre. On peut compléter l’itinéraire par la visite de deux des Musées les plus importants de la ville : le Musée Diocésain Adriano Bernareggi, qui conserve le tableau “La Trinité” ( 1519 environ) et la Pinacothèque de l’Académie Carrara qui expose des portraits et des scènes de style sacré.

Commandé en 1513 par Alexandre Martinengo Colleoni, neveu du célèbre condottière Bartolomeo Colleoni, pour le maitre-autel de l’ église dominicaine de Saint Etienne dans la Ville Haute, il est aujourd’hui privé de la cimaise et de trois panneaux en bois , conservés respectivement dans les pinacothèques de Budapest et de Bergame. Neufs saints rendent hommage à la Vierge et au petit enfant qui semblent se plonger dans une église, surmontés par des éléments symboliques vénitiens.